Découvrir notre herbier

Angélique

Pagès a fait le choix d’incorporer de l’Angélique dans cette infusion, que vous pourrez trouver en vente dans les réseaux pharmaceutiques. L’Angélique fait partie des plantes dont l’usage est réglementé, il est important de consulter son pharmacien ou son médecin avant d’en consommer.

L’Angélique est une plante médicinale dont le goût et l'amertume peuvent être gênants.

 

ORIGINES DE L’ANGELIQUE

On dit que le mot « Angélique » signifie « plante des anges » car selon la légende, l’Archange Raphaël aurait révélé en songe ses pouvoirs miraculeux, à un vieil ermite pour lutter notamment contre l’épidémie de peste qui décimait les populations au Moyen-Âge. A la Renaissance, les médecins la qualifièrent de « racine du Saint Esprit ». Introduite des pays scandinaves dès le 12e siècle, l’Angélique fut cultivée comme panacée dans tous les monastères d’Europe.

L’Angélique est cultivée en France depuis le Moyen-Âge. Autrefois, on la suspendait au cou des enfants pour les préserver du mauvais sort. Dans son « Théâtre d’agriculture et mesnage des champs » publié en 1600, l’agronome Olivier de Serres notait dans son langage imagé : « L’Angélique, tel nom a été donné à cette plante à cause de cette vertu qu’elle a contre les venins ». Au 13e siècle, les sœurs de la Visitation de Sainte-Marie, à Niort, eurent l’idée de confire l’Angélique et de donner à cette plante médicinale la renommée d’une friandise.

Elles en confectionnaient également une liqueur. Bientôt, les confiseries et alcools d’Angélique objets d’un négoce florissant, procurèrent à la région un essor important. Au siècle suivant naquit la mode de mouler artistiquement les tiges confites en sujets de toute sorte inspirés de la faune et de la flore du marais poitevin.

Aujourd’hui, l’Angélique a fait la renommée gastronomique et la fortune de la ville de Niort. La préparation artisanale des tiges confites est complexe. Les jeunes tiges bien tendres sont triées puis ébouillantées avant d’être recouvertes d’un sirop de plus en plus concentré, où elles trempent plusieurs semaines.

Les fruits servent à préparer des liqueurs agréablement parfumées. Ils entrent dans la composition du « vespétro », digestif jadis traditionnel dans le Midi, considéré autrefois comme quasi miraculeux.

 

CARACTERISTIQUES DE L’ANGELIQUE

Nom : Angelica archangelica
Famille : Apiacées
Espèce : plante bisannuelle

Cette grande plante bisannuelle, haute de plus de 1 m, se rencontre à l’état sauvage dans le nord de l’Europe. L’Angélique fait partie de la même famille que la Carotte et le Persil. Certains trouvent que son goût se rapproche de celui du Céléri. On la cultive dans les jardins et commercialement dans la région de Niort. Sa grosse tige unique, épaisse et cylindrique est creuse et garnie de sillons. Les immenses feuilles, très découpées, s’insèrent sur la tige par une large gaine. Les petites fleurs, blanc jaunâtre, sont disposées en ombelles au sommet de la tige et apparaissent en juillet-août. Le fruit est undiakène, formé de deux parties ailées, aplaties d’un côté, bombées de l’autre. La grosse racine ridée dégage une odeur aromatique comme l’ensemble de la plante.

L’Angélique renferme surtout dans la racine et les fruits, une essence aromatique riche en carbures dont les phellandrènes. Elle contient aussi des coumarines, en particulier des furanocoumarines, tel le bergaptène.

 

UTILISATIONS DE L’ANGELIQUE

On peut utiliser l’Angélique de diverses façons et pour différents besoins. Pour la consommer en infusion, et bénéficier de son goût si particulier et de ses bienfaits, il est possible de choisir ses racines, ses jeunes tiges ou ses semences. On dit qu’elle aide à la digestion, si elle est prise après le repas. Si à l’inverse elle est prise avant le repas, elle peut faire office d’un agréable apéritif.

On fait aussi du vin d’Angélique. Il suffit de laisser macérer du vin blanc avec la plante pendant quelques temps pour obtenir cette délicieuse boisson. L’Angélique peut aussi être utilisée dans la réalisation de liqueur tonique avec de l’eau de vie.

Attention cependant à ne pas consommer, de quelque manière qu’il soit, de l’Angélique pendant une grossesse. Ses furanocoumarines sont photosensibilisantes et l’on préconise d’éviter une exposition prolongée au soleil pendant un traitement à base de la racine ou du fruit afin de ne pas risquer une possible éruption cutanée.

Comme bien d’autres plantes, on trouve aussi l’Angélique en cuisine. Sa saveur bien caractéristique est agréablement parfumée. L’avantage avec cette plante est que toutes ses parties sont comestibles : racines, feuilles, tiges. Les tiges fraîches d’Angélique peuvent être cuites comme le sont celles du Céleri. On peut en faire des gelées, des confitures ou de la pâte de fruit. L’Angélique est une plante que l’on consomme idéalement avec des mets sucrés. Son arôme s’associe assez bien avec les préparations épicées. On la consomme aussi très bien en apéritif, sous forme de vin d’Angélique.

 

BIENFAITS DE L’ANGELIQUE

L’Angélique fait partie des plantes qui entre dans la composition de « l’eau de Mélisse ». On dit qu’elle est tonique et cordiale. Elle stimule le tube digestif, en relevant l’appétit et en facilitant la digestion.

Elle est réputée pour être un très bon antispasmodique, elle intervient chaque fois que le facteur nerveux est en cause, dans les vertiges et défaillances, les migraines, les affections spasmodiques du tube digestif, l’asthme nerveux ou les menstruations difficiles. Notons que la Commission E allemande ne retient comme partie préconisable que la racine, l’activité du fruit étant considérée comme insuffisamment établie.