Découvrir notre herbier

Honeybush

Le Honeybush, aussi appelé « Buisson à miel » est une plante que l’on retrouve souvent dans les infusions.

Le Honeybush, une plante à l’odeur de miel très caractéristique est une proche cousine du Rooibos. Ses vertus bienfaisantes ne sont plus à prouver.

 

ORIGINES DU HONEYBUSH

 Le Honeybush est une plante originaire d’Afrique du sud. On la cultive depuis plus de trois siècles. On dit qu’avant l’importation du Thé, le Honeybush était à l’instar de son cousin le Rooibos, une plante qui constituait la boisson locale traditionnelle et bienfaisante en Afrique.

Cette plante indigène ne tarda pas à conquérir l’Europe et d’autres pays. Elle fut introduite sur le continent par la Compagnie Hollandaise des Indes Orientales, compagnie commerciale fondée en 1602. Les Néerlandais et les Britanniques la consommaient eux aussi avant l’apparition du Thé.

Le Honeybush fut malheureusement oublié pendant plusieurs années et ne revint sur les devants de la scène qu’à partir des années 90 en Europe. C’est grâce au Docteur Hannes De Lange et au National Botanical Institute Kirstenbosh à Capetown que le Honeybush fait de nouveau partie des plantes plébiscitées sur notre continent.

 

CARACTERISTIQUES DU HONEYBUSH

Nom : Cyclopia
Famille : Fabaceae
Espèce : plante à fleurs

Le Honeybush est une plante à fleurs provenant de l’Afrique du sud. Appartenant à la famille des Fabaceae, elle prend quelque peu l’apparence des Genêts à Balai ou du Romarin, plus communs en France.

Les feuilles et fleurs du Honeybush sont très odorantes, c’est d’ailleurs pour cela que l’on surnomme la plante « Buisson à miel ». Elle dévoile en effet des saveurs douces et sucrées rappelant celles du miel.

Le Honeybush pousse dans des conditions quasi extrêmes. Cette plante a la capacité de se développer sur des sols relativement acides et dans des conditions climatiques difficiles et changeantes, auxquelles peu de plantes peuvent survivre. On dit du Honeybush que c’est une plante très adaptogène.

Il existe différents procédés de récolte et de transformation du Honeybush afin de le rendre consommable et buvable en infusion. Un procédé classique consiste à broyer les feuilles de la plante, les faire sécher au soleil et leur faire subir une fermentation. Une méthode plus contemporaine consiste à provoquer la fermentation de la plante dans des cuves tournantes à une température de minimum 80 degrés Celsius. Ce processus dure plusieurs fois et se poursuit par un procédé de déshydratation des feuilles de Honeybush.

Dans les deux cas, les feuilles sont par la suite passées au tamis afin d’être triées sous différents grades.

On recense aujourd’hui plus d’une douzaine d’espèces de Honeybush, dont la plupart à l’état sauvage. Les deux espèces les plus communes, et utilisées de manière commerciale, sont le « Cyclopia intermedia » et le « Cyclopia subternata ». Le « Cyclopia intermedia » est aussi connu sous le nom de « Bergtee » signifiant thé de montagne. On peut le trouver entre Port Elizabeth et le Langkloof. Le « Cyclopia subternata » est aussi connu sous le nom de « Vleitee » signifiant thé de plaine ou « Valleitee » signifiant thé de Vallée. D’autres espèces de Honeybush sont commercialisées mais issues d’une récolte en pleine montagne, à l’état sauvage. C’est le cas du « Cyclopia genistoides », plus connu sous le nom de « Kustee » signifiant  thé côtier. On le trouve dans la province du Cap-Occidental à proximité d'Yserfontein et Darling, voire plus au sud où il est cultivé. L’espèce « Cyclopia sessiliflora », aussi connue sous le nom de « Heidelberg-tee » signifiant thé de Heidelberg est cultivée dans une zone de montagne à proximité de la ville de Heidelberg, dans la province du Cap-Occidental, en Afrique du Sud. Enfin le Cyclopia maculata est aussi une espèce connue de Honeybush, on la trouve dans les monts Outeniqua à proximité de George en Afrique du sud.

 

UTILISATIONS DU HONEYBUSH

Le Honeybush est une plante voisine du Rooibos. Elle ne présente en effet pas de théine et est par conséquent consommée comme le Rooibos. C’est une plante que l’on consomme principalement en infusion. On peut même la laisser infuser pendant plusieurs heures sans que son goût ne présente l’amertume et l’astringence du thé lorsqu’il est infusé pendant trop longtemps.

Pour consommer du Honeybush sous forme d’infusion, il est nécessaire de faire infuser les feuilles de plante dans une eau à 90°C pendant minimum 10 minutes, ou bien plus si vous le souhaitez, le Honeybush étant une plante qui ne développe pas d’amertume.

Comme bien d’autres plantes, le Honeybush fait partie des plantes alliées des toques blanches. Ses saveurs douces et sucrées s’associent idéalement avec les viandes comme les ragoûts, les sauces ou les marinades. Cette plante apporte beaucoup d’originalité aux plats sans altérer ni masquer leur goût.

Toujours d’un point de vue gustatif, le Honeybush se marie très bien avec d’autres plantes aromatiques comme la Menthe, l’Hibiscus, la Sauge ou la Camomille. Ses saveurs douces, sucrées et rappelant celles du miel se mélangent avec d’autres mets et plantes plus prononcées ou tout aussi douces, en fonction de ce que l’on recherche.

 

BIENFAITS DU HONEYBUSH

Le Honeybush est une plante connue pour ses propriétés anti-oxydantes. Elle permet d’éliminer les bactéries des cellules du corps et de contribuer à l’antivieillissement de la peau. Le Honeybush contient du Pinitol, on dit qu’il baisse le taux de glucides dans le sang. Très riche en vitamines C, en potassium et en magnésium, le Honeybush est réputé pour permettre de lutter contre les crampes.

Des études réalisées en Afrique du sud ont montré que les boissons à base de Honeybush seraient protectrices d’ADN de par leur capacité à désintoxiquer l’organisme.

Le Honeybush est une plante connue pour favoriser la digestion, améliorer le sommeil et lutter contre les troubles digestifs. On dit même qu’elle réduit les inconvénients de la ménopause, aide à réparer les dommages liés à une trop forte exposition au soleil et qu’elle permet de stimuler la production de lait chez les jeunes mères allaitantes.