Découvrir notre herbier

Sarriette

Pagès a fait le choix d’incorporer de la Sarriette dans cette infusion, que vous pourrez trouver en vente dans les réseaux pharmaceutiques. La Sarriette est une plante très appréciée en herboristerie mais aussi en cuisine.

La Sarriette, est une plante provençale que l'on surnomme aussi "poivre d'âne" en référence à ses propriétés organoleptiques et à l'usage que l'on en fait. 

 

ORIGINES DE LA SARRIETTE

On sait relativement peu de choses sur l’origine de la Sarriette. Elle était jadis considérée comme une plante aphrodisiaque, quasiment magique.

Selon Dioscoride, la « Sarriette émeut la luxure ». Dioscoride, et plus tard Paul d’Egine (VII ème siècle ap. J.-C.) lui reconnurent des qualités semblables au thym (ils distinguèrent même la sarriette des montagnes de celle dite des jardins). Ceci dit, ce n’est véritablement qu’au Moyen-Âge que la sarriette pénètre davantage au cœur des officines. Au XI ème siècle, Macer Floridus note la « grande force de chaleur » de la sarriette et la décrit admirablement en alignant nombre de ses propriétés majeures : diurétique, expectorante, antidiarrhéique, emménagogue, aphrodisiaque, antiléthargique.

Son nom, par association d’idées avec Satyre, le dieu aux pieds de bouc, toujours prêt à une galanterie, a renforcé cette idée. La Satureia des Latins était très largement utilisée dans des festins qui souvent se terminaient par une véritable « orgie romaine ». Elle jouissait d’un grand prestige dans l’Antiquité pour ses vertus condimentaires et digestives. Plus tard elle entra dans la composition de la célèbre « eau d’Arquebusade », vulnéraire très usité dans la

Elle fait partie des plantes dont la culture est recommandée les domaines royaux par Charlemagne dans le capitulaire De Villis (à la fin du 8e ou 9e siècle).

  

CARACTERISTIQUES DE LA SARRIETTE

Nom : Satureja montana
Famille : lamiacées
Espèce : sous-arbrisseau

La Sarriette est un sous-arbrisseau haut de 10 à 40 centimètres, on le rencontre assez souvent dans les lieux arides du Midi, en France. De manière plus globale, elle est présente dans le sud de l’Europe et en Afrique du nord. Elle est parfois cultivée comme plante condimentaire.

Ses tiges ligneuses portent de petites feuilles allongées, aiguës au sommet, coriaces et luisantes. Ses fleurs ont une corolle bilabiée blanche, rarement rosée, et sont réunies en grappes terminales allongées, entremêlées de feuilles. Feuilles et fleurs dégagent au moindre froissement une forte odeur aromatique. Lorsqu’on les mâche, elles piquent la langue. 

La plante renferme une essence aromatique riche encarvacrol et parfois en thymol

Il existe plusieurs espèces de Sarriette. En effet, on cultive fréquemment la Sarriette des jardins (Satureja hortensis de son nom botanique). Plante annuelle, elle est originaire de l’est de la région méditerranéenne. Elle se distingue aisément de la Sarriette dite « montana », que l’on connaît tous, par ses tiges herbacées, ses feuilles plus molles et velues, ses fleurs roses et sa saveur moins prononcée. On l’emploie en cuisine et dans le domaine des infusions, comme sa cousine des montagnes. 

 

UTILISATIONS DE LA SARRIETTE

On peut bien sûr consommer la Sarriette sous forme d’infusion à raison de 50 grammes de plante par litre d’eau. Une consommation après le repas est idéale.
La Sarriette fait partie, comme beaucoup d’autres plantes, des composants de « l’eau d’arquebusade ». Ce remèdevulnéraire populaire d’usage interne et externe porte aussi le nom « d’alcool vulnéraire » ou « d’esprit traumatique ». Il est préparé en officine par macération alcoolique suivie de la distillation de 17 plantes aromatiques.

Attention cependant à l’utilisation de l’huile essentielle de Sarriette. Comme toutes les huiles essentielles, il convient d’en faire usage avec parcimonie cependant l’huile essentielle de Sarriette utilisée pure est caustique. Il faut éviter de la faire entrer en contact avec la peau et les muqueuses.

L’utilisation la plus répandue de la Sarriette est bien évidemment celle de l’usage comme condiment. On dit que cette plante est un aromate indispensable dans des plats salés et notamment ceux à base de pois, dont elle favorise la digestion : poêlée de petits pois, de féculents, de fèves, etc. Son essence antiseptique la rend également précieuse lors de préparation de gibiers faisandés.

 

 

BIENFAITS DE LA SARRIETTE

On emploie généralement la Sarriette pour lutter contre les digestions pénibles, les crampes d’estomac, les contractions nerveuses, etc. Carminative, elle est réputée pour contribuer à la chasse aux flatulences, favoriser l’évacuation des gaz et empêcher les fermentations intestinales.

En Allemagne, on l’appelle « l’herbe aux haricots » sans doute en référence à son action antiseptique. Le peuple allemand l’utilise aussi beaucoup en cas de remède contre les diarrhées.

On dit que la Sarriette est aussi utile en cas d’infection des voies respiratoires.