Découvrir notre herbier

Souci

Le Souci, une plante qui se cultive facilement, si elle ne pousse pas d’elle-même, et qui présente des vertus curatives certaines.

 

ORIGINES DU SOUCI

On dit que le nom de la plante provient du latin « Solsequia » signifiant « qui suit le soleil ». En effet, la plante suit le parcours du soleil dans le ciel, ce qui lui permet d’assurer la plus grande efficacité lors de la photosynthèse.

Le Souci est une plante que l’on utilise depuis longtemps, nous avons d’ailleurs assez peu d’informations sur la date exacte de sa découverte par l’homme. Toujours est-il, nous savons qu’Hildegarde de Bingen l’utilisait contre la teigne du cuir chevelu. Albert le Grand était lui aussi un adepte de la plante et recommandait son usage pour cicatriser, soigner les troubles de l’intestin, guérir des piqûres d’insectes et de serpents, etc.

Le Souci fait partie des plantes que le grand et célèbre Charlemagne recommandait d’avoir dans les jardins royaux, tant ses vertus lui semblaient miraculeuses.

Dans le langage des fleurs et les différentes histoires indiquent que le Souci est symbole de chagrin. En Chine, cette plante est associée à la longévité et en Inde au dieu Krishna. Krishna est, selon la religion hindoue, un berger porteur de fines connaissances et connue pour sa facilité à délivrer son enseignement, son savoir mais aussi son amour.

Depuis sa découverte par l’homme, le Souci est une plante qui a été très en vogue en médecine populaire. On l’utilisait surtout contre les maladies de peau, les affections des ganglions lymphatiques, l’ictère et les engorgements des viscères abdominaux. Il était caractérisé comme plante sudorifique et dépurative. On employait également ses vertus antispasmodiques contre l’hystérie et diverses maladies nerveuses. On lui reconnaissait, en outre, des vertus stimulantes et antiscorbutiques. Il était même recommandé pour lutter contre le cancer.

Le Souci fit, comme bien d’autres plantes, l’objet de nombreux écrits. Notons que le célèbre poète Pierre De Ronsard, dédia l’intégralité d’un de ses poèmes à la plante. Intitulé « Le Souci », cet écrit fait référence à la couleur, au symbole mais aussi aux sensations que la plante évoque chez le poète :

« Je veux chanter, Cherouvrier, le Souci,

Qui te plaît tant et me plaît aussi ;

Non les soucis dont Amour me fait guerre,

Mais les soucis étoilés de la terre :

Ainsi les Soleils des jardins, tant ils sont

Jaunes, luisants et dorés sur le front […]

Soit que ma Dame autrefois m’ait donné

Ta couleur jaune, ou que l’âme inclinée

A voir, sentir et contempler ta fleur, […] »

 

Surnommé auparavant le « faux safran », en raison de sa couleur similaire à cette merveilleuse épice, le Souci a fait l’objet de bien des curiosités et est aujourd’hui encore une plante très utilisée en phytothérapie.

 

CARACTERISTIQUES DU SOUCI

Nom : Calendula officinalis

Famille : Astéracées

Type : plante annuelle

 

Le Souci est une plante annuelle pouvant mesurer 30 à 50 cm de hauteur. Originaire du bassin méditerranéen, elle est très courante dans nos jardins. En effet, c’est une plante capable de pousser sans avoir été plantée par l’homme, le vent faisant office de jardinier.

Sa tige dressée porte des feuilles épaisses, de couleur vert clair, et de grands capitules qui arborent une belle couleur jaune orangée très lumineuse. Formés d’une couronne double de fleurs en languettes et d’un cœur de fleurs en tubes, les capitules du Souci ont une allure et une teinte assez caractéristique qui nous rappelle aussitôt le printemps.

Le Souci est une plante plutôt simple à cultiver, si elle ne pousse pas d’elle-même dans vos parcelles ! Ses graines sont capables de survivre à des froids intenses.

 

UTILISATIONS DU SOUCI

Le Souci peut s’utiliser de différentes façons. On peut employer ses fleurs et les faire infuser dans de l’eau bouillante afin de bénéficier des bienfaits de la plante. Il est également possible de réaliser des teintures de Souci. Il faut pour cela verser sur les fleurs de Souci trois fois leur volume d’alcool. On peut utiliser la teinture du Souci en usage externe contre les maux cutanés divers. Il suffit d’imbiber une compresse de la teinture et de l’application directement sur la peau. Il est également possible de réaliser une pommade à base de Souci. Celle-ci étant généralement utilisée pour aider à soigner les ulcères, les brûlures ou les engelures, se prépare à l’aide d’une décoction concentrée de pétales de Souci et d’eau. Il est nécessaire de mélanger ces deux composants, de filtrer la solution et de le faire cuire doucement avec du saindoux jusqu’à évaporation du liquide.

On utilise aussi le suc de la plante entière qui, mêlé à un peu de vin blanc ou eau de vie, permet de calmer les maux dentaires. On utilise le suc en bains de bouche ou avec des compresses.

Enfin, on peut également employer les pétales de fleurs de Souci pilées et réduites en bouillie pour lutter contre les cors et les verrues.

Le Souci est aussi une plante qui trouve très bien sa place en cuisine. En effet, ses pétales et ses feuilles fraîches hachées relèvent très bien une salade. On utilise aussi les fleurs de la plante comme colorant alimentaire naturel.

De même, il est possible de créer de la peinture végétale à l’aide des fleurs de Souci, afin de bénéficier de leur couleur orange profonde.

 

BIENFAITS DU SOUCI

Le Souci a conservé sa réputation sudorifique et dépurative d’autrefois. Elle a d’ailleurs été validée par l’ESCOP. Egalement reconnue comme cicatrisant et anti-infectieux efficace, cette plante est capable de nettoyer et guérir les maux cutanés assez rapidement, c’est en tout cas la réputation qu’elle a.

On dit également que c’est le « Calendula » homéopathique. Il sert toujours en bains pour les yeux contre l’ophtalmie, pour panser les brûlures et les engelures, les plaies infectées et contre diverses maladies de peau (acné, impétigo, ulcères, eczéma). On l’utilise aussi contre les cors et les verrues.

Les triterpènes et les flavonoïdes qu’il contient lui valent son action antibactérienne, antifongique et anti-inflammatoire.  

On utilise encore le Souci pour usage interne aujourd’hui. C’est presque uniquement pour ses propriétés emménagogues. Les fleurs de Souci, en effet, sont connues pour stimuler la production d’œstrogènes. Elles favorisent l’apparition des règles et sont visiblement capable de diminuer leur douleur, surtout lorsque les menstruations difficiles sont accompagnées, ou résultant, de dépression nerveuse ou d’anémie.

On dit aussi que le Souci soulage les inflammations du système digestif. Il peut aider à éliminer les déchets de l’organisme et favoriser le bon fonctionnement du foie et de la vésicule biliaire.